Stéphane Noel dit SNO

D’abord une amie vous parle de Stéphane, de ses photos et de sa technique. Ensuite vous le rencontrez dans son atelier, il vous explique alors  sa démarche artistique. Comme une thérapie personnelle, il rencontre, écoute, partage et fait comprendre ce qu’il veut faire à ses modèles. Ainsi pour mieux capter leur âme,  il va se faire adopter et ne commencera  à photographier ses sujets qu’après un long moment. Il photographie alors peu mais juste ! C’est l’émotion et l’unicité de l’être qu’il recherche dans chacune de ses photos.

Ensuite, c’est la technique de tirage qui donne une dimension artistique supplémentaire à son oeuvre. SNO tire lui même chacune de ses photos  à la gomme bichromatée , une technique du XIX eme siècle qu’il est un des seuls au monde à savoir utiliser. Au fil des ans, il l’a adapté à ses propres besoins et cela donne à ses photos ce caractère unique.

Devant ce procédé de fabrication, je me posais la question de l’utilité d’une telle technique dans le processus créatif d’un photographe.

C’est quand j’ai vu Stéphane, au fur et à mesure des bains de révélation et de nettoyage, travailler au pinceau chaque détail, recommencer et reprendre son ouvrage pendant des heures que j’ai compris que cette technique lui permettait d’intervenir dans le processus de création de l’image comme un photographe mais aussi comme un peintre et cela donne cette dimension supplémentaire à son œuvre.

Cela ne doit pas faire oublier qu’au commencement était le photographe lui même, homme seul avec son boitier. Avec celui là,  il part  loin et longtemps capter des images de gens et de lieux qui le touche et dont il veut être le témoin auprès de nous et là c’est son œil et son talent de grand photographe qui joue.

Ensuite, vous n’avez plus qu’à mixer son travail de captation de l’image avec sa maitrise de la technique de développement à la gomme bichromatée et vous avez devant vous des photographies d’une force et d’une intensité incroyable. Bien que photographique, son art est vivant et bien que mélancolique, son œuvre est pleine d’espoir et comme le disait Gérard de Nerval ‘’la mélancolie est une maladie qui permet de voir les choses comme elles sont’’

 

C’est tout le talent de Stéphane Noel, photographe du XXIème siècle dont l’œuvre s’assimile à celle des plus grands.

les œuvres exposées

Stéphane Noel, série de photographies Cuba, los ultimos Carboneros (2011-2016)

La plupart des photos exposées sur Artcay  font partis de la série que Stéphane a faite à Cuba entre 2011 et 2016 auprès des derniers charbonniers de l’ile. Ils sont d’une très grande pauvreté et depuis de nombreuses générations, ils font ce travail harassant de transformer le bois en charbon de chauffage. Une vie éreintante et courageuse, sans espoir de sortie et pourtant se dégage une humanité, une sincérité et une générosité folle de l’ensemble de cette communauté dans les photos de Stéphane.